Pétition en ligne

POUR LA SAUVEGARDE DE L’EMPLOI A ADECCO GROUPE

https://www.change.org/p/alexandre-viros-pour-la-sauvegarde-de-l-emploi-a-adecco-groupe

Le journal l’Humanité a révélé l’existence d’une liste noire sur laquelle figure 114 noms salariés permanents d’Adecco visés par des ruptures conventionnelles ou des licenciements d’ici la fin de l’année.
Nombre de salariés ont donc appris dans la presse que leur départ de l’entreprise était imminent quand d’autres, récemment licenciés ou forcés à une rupture conventionnelle ont compris que leur nom était lui aussi sur cette liste.

Face au scandale, la direction fait preuve d’un cynisme absolu en répondant à vos élus au CSE C. Cette ligne de défense grotesque et insupportable donne à voir l’étendue du mépris de notre direction pour l’ensemble des salariés du groupe.

Avec la CGT, je signe parce que:

• J’exige qu’Adecco rende publique « la liste noire » dans sa version complète et la plus récente, pour que chaque salarié puisse, en toute transparence, vérifier la tenue des engagements de la direction !

  • J’exige que la direction de l’entreprise mette un terme à la liste noire.
  • J’exige que la direction du groupe arrête de planifier le cout des ruptures conventionnelles alors que les salariés veulent rester dans l’entreprise.

• J’exige qu’Adecco ne puisse plus inventer des licenciements pour faute réelle et sérieuse quand aucune procédure pour cette sanction n’a été prise.

• J’exige le maintien à l’emplois de tous les salariés ayant été mis à leur insu sur la liste noire.

• J’exige le maintien de tous les emplois tel que cela avait été promis par Christophe Catoir au CSEC de juin 2020.

• Je revendique un 13 ème mois pour tous les salariés permanents et intérimaires dès le 6 ème mois d’ancienneté au prorata du temps passé dans l’entreprise.

• Je réclame l’arrêt des mises à pieds conservatoires pour les CDII n’ayant pas commis d’acte nécessitant leur éloignement de l’entreprise utilisatrice. Pour le règlementent de l’intégralité du salaire non perçu si le licenciement prononcé n’est ni un licenciement pour faute grave ou lourde.