Le verre de la colère a débordé pour les syndicats d’Adecco

L’intersyndicale a appelé à la grève et au rassemblement mardi 18 mai.

La direction d’Adecco a planté le coup de couteau de trop dans les dos des salariés. 

Le salaire d’Adecco est fait d’une part fixe et une part variable cible comprise entre 15 et 20 % pour la plupart des salariés. 
Adecco a présenté des changements pour obtenir une part variable avec entre autres des objectifs individuels, c’est un fait nouveau pour le calcul de la rémunération.
Le seuil minimum pour avoir une partie du salaire variable est d’avoir atteint 75 % des objectifs au lieu  50 % d’atteinte.
La direction a vanté le fait que les plus performants y trouveraient leur compte (malgré le fait du versement de la part variable en fonction du type d’objectif au trimestre, au semestre voire même à l’année alors que nous sommes sur un versement de la PV au mois) ; et qu’il fallait l’accord du salarié pour passer par ce nouveau de système de rémunération sans aucune pression ni chantage. 

Et c’est faux, car les syndicats ont appris au détour d’une petite phrase que la direction avait monté une machination pour tous les nouveaux entrants depuis 2018 et les plus anciens qui auraient signé un avenant depuis le mois de septembre 2018 soit 50 % des salariés qui eux n’ont plus le choix que de se voir imposer le nouveau système de rémunération.

Organiser la lutte et la grève est compliqué pour les salarié-e-s car la direction profite du fait de l’éloignement des agences les unes des autres pour casser le collectif de travail.
Au passage elle essaie de démontrer que les syndicats d’Adecco sont faibles.

 Quant aux salarié-e-s intérimaires et cdii , ils ont souvent besoin d’un accompagnent dans leurs démarches individuelles mais le niveau de conscience ne permet pas aujourd’hui une lutte d’ensemble pour s’opposer à ce statut de précarité. 

La direction le sait pertinemment et elle s’essuie les pieds sur les instances du personnel. 

Pourtant un cap est passé et l’appel à la grève intersyndicale est une bonne aiguillon pour porter une voix collective face à ces patrons voyous. 

La CGT Adecco ne lâche pas la pression car la lutte contre cette politique salariale est en train de prendre une forme combative. 

Le travail de la CGT est d’aider les salariés à reprendre  confiance en eux , à faire valoir leurs droits afin  que la CGT soit un outil de combat pour arracher de grandes victoires.