Catégorie : VOS DROITS

Seulement 10% des intérimaires bénéficient des avantages des Comités d’entreprise Adecco.

Chez Adecco, il y a 4 Comités d’entreprise. Chacun reçoit un pourcentage de la totalité des salaires versés sur une année. 98% de ces sommes sont obtenues par les salaires des intérimaires. Mais seulement, 10% d’entre vous en voient la couleur tandis que 90% des permanents utilisent leurs avantages.

QUELS SONT LES AVANTAGES ET LES BONS PLANS PROPOSÉS PAR LES COMITÉ D’ENTREPRISE ADECCO AUX INTÉRIMAIRES ?

Les offres varient d’un CE à un autre. Toutefois, certains avantages sont négociés au niveau national et sont identiques d’une région à l’autre. Voici quelques exemples.

La plupart des CE vous proposent des tickets de cinéma à 4€ !

Faites-vous rembourser une partie de votre billetterie de loisir : parcs d’attractions, concerts, cirques, …

Faites-vous subventionner vos abonnements sportifs et vos activités culturelles !

Vacances & locations de vacances, le CE vous propose soit des locations à prix préférentiels, soit une participation sur votre facture !

QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR EN BÉNÉFICIER ?

En fonction de l’activité proposée, vous devez justifier d’un nombre d’heures effectuées sur une durée donnée. Imprimer le catalogue et vérifier régulièrement si vous pouvez réclamer l’un des avantages proposés.

Bon à savoir ! C’est grâce à la CGT que désormais les intérimaires peuvent avoir accès aux avantages du CE.

CE ILE-DE-FRANCE

CE SUD ET EST

AYEZ LE RÉFLEXE CGT POUR LES ÉLECTIONS 2019 !

Les conditions d’accès aux avantages du CE sont encore trop restrictives pour les intérimaires et aucun effort de communication n’est fait ! 

Vous êtes trop peu à voter alors que vous êtes 125 fois plus nombreux que les permanents. Si tout le monde se mobilise et vote pour la CGT nous pourrons changer les choses !

VOUS AUSSI AVEZ DÉSORMAIS LE DROIT À DES VACANCES ! 

 Grâce à une négociation portée par votre équipe CGT, nous avons pu signer un accord avec la direction pour que les intérimaires puissent prendre des congés payés durant leur mission. Il s’agit ici d’une victoire, car cela est plus favorable que ce prévoit le Code du travail et la convention collective des intérimaires. 

En effet, vos congés payés que vous accumulez durant vos missions vous sont payés en fin de mission. Certains d’entre vous peuvent rester des mois sans pouvoir prendre de congés payés. C’est  la raison pour laquelle, nous avons négocié ce dispositif. 


QUI PEUT BÉNÉFICIER DE LA POSE DE CONGÉS PAYÉS DURANT SA MISSION ? 

Tous les intérimaires de chez Adecco, hors CDI intérimaires, dont la mission est d’une durée au moins égale à deux mois. 

 COMBIEN DE JOURS ? 

 Vous pouvez prendre l’intégralité de vos congés payés acquis durant la mission dans la limite de 20 jours. 

Les congés payés sont pris par journée entière. 

1 jour de CP = 7 heures de travail

 COMMENT FAIRE MA DEMANDE DE CONGÉS PAYÉS ? 

15 jours à minima avant la pose des congés payés, l’intérimaire doit faire sa demande sur l’application « Adecco&moi » 

 Si vous n’avez pas d’accès à l’application, vous pouvez adresser votre demande par formulaire papier à votre agence. 

ACCEPTATION OU REFUS DES CONGÉS PAYÉS

 L’agence doit communiquer la réponse à l’intérimaire dans un délai de 10 jours calendaires. Elle n’est pas obligée d’accepter votre demande si votre absence n’est pas gérable vis-à-vis de l’entreprise utilisatrice. La non-réponse de l’agence vaut refus. 

 POSE DES CONGÉS PAYÉS ET INDEMNITÉS DE FIN DE MISSION 

Chaque jour de congés payés pris sera déduit de l’indemnité compensatrice de congés payés qui vous est due. 

PAIEMENT EN AVANCE DE L’INDEMNITÉ COMPENSATRICE DE CONGÉS PAYÉS

Pour aider les intérimaires financièrement et dans certaines situations, l’accord prévoit de débloquer le paiement de votre indemnité compensatrice de congés payés avant la fin de votre mission.

CONDITIONS ET CAS SPÉCIFIQUES POUR EN BÉNÉFICIER

Être intérimaire [hors CDI intérimaire] et être en mission pour 4 mois minimum [hors renouvellement].

Vous devez justifier des situations suivantes :

  • Difficultés financières
  • Acquisition d’une résidence principale
  • Naissance ou adoption
  • Mariage ou PACS
  • Situation d’invalidité

MODALITÉS POUR DÉBLOQUER LE PAIEMENT DE VOS CONGÉS PAYÉS

Vous devez adresser votre demande par écrit pour la totalité des acquis durant la mission, et y joindre les justificatifs afférents. Pour être versée à M+1, la demande doit être faite avant le 20 du mois.

Si vous avez des questions ou rencontrez des difficultés, contactez-nous !

Si on vous a déjà proposé le CDI intérimaire, vous vous êtes peut-être interrogé sur l’opportunité de cette proposition ? Est-ce intéressant ? Qu’y gagnez-vous ? Nous vous proposons un décryptage de cette nouvelle forme de contrat.

Le 1er argument en faveur du cdi intérimaire c’est la stabilité…. Mais dans les faits la durée moyenne de ces contrats est de 8 mois.

Découvrez les conditions impératives pour bénéficier de la prime « Macron » distribuées par le Groupe Adecco.

L’observatoire de l’intérim et du recrutement déclarent que 36 % des intérimaires interrogés dans le cadre d’une étude optent pour le CDI intérimaire pour « la sécurité de la rémunération, la stabilité du revenu ».

Toutefois, au regard de la durée moyenne des contrats qui ne dépassent pas 8 mois et 84 % des sorties sont des démissions. La réalité du terrain semble contredire les études.


Le 2e argument en faveur du cdi intérimaire, c’est la pose des congés payés… mais malheureusement pas aux périodes désirées

En tant qu’intérimaire vos congés payés vous sont payés à la fin de votre mission et ne sont pas pris. L’attrait du CDII pour de nombreux intérimaires est de pouvoir poser des congés payés d’autant plus que l’on est intérimaire depuis longtemps.

Dans les faits, beaucoup de CDI intérimaires se retrouvent contraints à prendre leurs congés payés durant les intermissions. Donc pas nécessairement au moment choisi et attendu par le salarié CDII.

À noter : l’employeur doit respecter un délai de prévenance pour vous obliger à poser vos congés payés. Faites valoir votre droit. Surtout ne signez pas les congés payés sans solde et les congés payés a posteriori ! C’est une pratique récurrente et illégale chez ADECCO. Contactez-nous pour que nous intervenions.


Le 3e argument en faveur du cdi intérimaire, c’est « faciliter les projets personnels, »… mais la clause de mobilité très contraignante ne facilite pas l’équilibre vie privée/vie professionnelle.

En effet, le salarié qui signe un CDII doit s’engager à accepter toutes les missions dans une zone géographique assez importante :

  • Une distance séparant le lieu de résidence du lieu de déplacement de 50 km (trajet aller) ;
  • Un temps de trajet en transports en commun inférieur à 1 h 30 (trajet aller).

Pour les intérimaires qui ont des enfants, des activités extraprofessionnelles, le rallongement aléatoire des temps de trajet peut se faire au détriment de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Par ailleurs, les questions de mobilité comportent des coûts directs et indirects qui peuvent être lourds sur vos budgets (usure du véhicule, carburants, péages, …).


Le 4e argument en faveur du cdi intérimaire, c’est la régularité des rémunérations… mais dans la réalité la perte de revenu est conséquente.

Par ailleurs, les questions de mobilité comportent des coûts directs et indirectes qui peuvent être lourds sur vos budgets (usure du véhicule, carburants, péages, …).

Le salarié temporaire sous contrat à durée indéterminée bénéficie d’une rémunération mensuelle minimale garantie. Elle ne peut être inférieure :

  • pour les ouvriers et employés, au montant du Smic mensuel correspondant à un emploi à temps plein ;
  • pour les agents de maîtrise et les techniciens, au montant du Smic défini ci-dessus majoré de 15 % ;
  • pour les cadres, au montant du Smic défini ci-dessus majoré de 25 %.

Pour déterminer le montant de la garantie minimale mensuelle de rémunération versée à l’intérimaire, il n’est pas tenu compte de la rémunération des heures supplémentaires versées pendant les périodes de mission, ni des primes exceptionnelles et de celles liées au poste de travail, ni des remboursements de frais.

Et surtout, fini les indemnités de congés payés et de précarité, soit 20 % en moins sur vos rémunérations.


Passer au CDII : bien peser le pour et le contre

En fonction de vos objectifs professionnels et de vos choix individuels, listez un certain de nombres de points clés afin de les comparer avec le CDII :

  • le nombre et le temps des mission effectuées au total sur un ou deux ans avec ADECCO ;
  • le montant moyen de vos rémunérations, couplé éventuellement avec les indemnités chômage. ;
  • le périmètre géographique sur lequel vous êtes prêt à vous déplacer ;
  • vos contraintes personnelles et familiales (crèches, écoles, nounous, véhicule, …).

Une fois cette liste faite, faites une simulation au regard du salaire minimal versé et des contraintes éventuelles sur les mobilités imposées entre les missions.

Ne restez pas seul avec vos questions ! Contactez Fred Chassin qui a participé aux négociations au Ministère et qui connaît bien les rouages de ce type de contrat.

VOUS ÊTES EN CDI INTÉRIMAIRE, LES TRUCS À CONNAÎTRE ABSOLUMENT !

Les éléments compris dans le calcul du montant forfaire de la garantie minimale mensuelle :

  • Les avantages en nature
  • La prime d’objectifs
  • La prime de vacances et la prime de treizième mois : elles ne doivent être prises en compte que pour le mois où elles sont versées
  • Les primes de rendement à condition que l’attribution de la prime ne soit pas aléatoire
  • La prime de polyvalence qui compense la formation du salarié à plusieurs postes de travail et qui résulte de sa performance.
  • Les pourboires

Les éléments exclus du calcul du montant forfaire de la garantie minimale mensuelle. Ces sommes sont versées en plus :

  • Les frais professionnels
  • Les primes d’ancienneté et d’assiduité
  • La prime liée au caractère contraignant du rythme du travail ou des conditions particulières de travail (primes de danger, de froid)
  • Une prime de cherté de la vie
  • Une prime liée à la production globale de l’entreprise et non au travail personnel du salarié (prime de résultats fondée sur les résultats financiers de l’entreprise)
  • Une prime liée au caractère contraignant du rythme du travail ou des conditions particulières de travail (primes de danger, de froid)
  • Les gratifications bénévoles
  • Une majoration pour travail de nuit, dimanche et jour férié
  • La participation et les primes d’intéressement
  • La rémunération forfaitaire du temps de pause

Un doute sur votre fiche de paye ? Contactez-nous !

CONDITIONS DE TRAVAIL DES GESTIONNAIRES DE COMPTES AU SEIN DES CDS PEUT MIEUX FAIRE !

Chaque année, le Comité Central d’entreprise est consulté par la direction sur sa politique sociale au sein d’ADECCO. Dans ce cadre, les élus du CCE ont missionné un expert extérieur pour analyser concrètement cette fameuse politique sociale sur 2017. Cette année, toute une partie de l’expertise porte sur les gestionnaires de comptes au sein des CDS et leurs conditions de travail. En voici les grandes lignes.

La mise en place de CDS : plus de qualité mais une méconnaissance de leurs missions par les agences

Dans l’ensemble les gestionnaires de comptes reconnaissent que les CDS leur permettent de mener à bien des tâches de qualité car ils ont une meilleure connaissance de la législation, et ils ne sont plus dérangés par le passage des intérimaires en agence. Ils peuvent donc se concentrer.

En revanche, la direction a mal communiqué sur leurs missions, ce qui créé des tensions et des incompréhensions entre CDS et agences. En effet, leurs deux missions principales, sur la base des relevés d’heures, sont :

  • Établir les fiches de paye
  • Facturer les clients

Les agences peuvent se concentrer sur le recrutement et le commercial, quand les assistantes d’agence établissement les contrats de travail et effectuent les tâches administratives.

La semaine des fiches de paye : des CDS au bord de la rupture et des intérimaires mécontents

Le gestionnaire de compte observe que Perform leur a permis une baisse de la charge de travail sur les 3 principales semaines du mois, mais la semaine de paie est à ce jour toujours aussi éprouvante. La majorité d’entre eux réalisent une quantité d’heure importante afin de pouvoir valider toutes les paies.

Le manque d’effectif permanent et le turn-over important ne fait qu’accentuer ce phénomène. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant qu’il y ait des erreurs sur les fiches de paye des intérimaires. 

La perversité du turn-over au sein des CDS : comment rompre le cercle infernal

Si le CDS de Vaulx-Milieu tire son épingle du jeu avec une réduction du turn-over de –11,73 points pour arriver à un taux de 5,66% en juillet 2018, Villeneuve d’ASQ passe de 9,80% à 19,96% quand le CDS de Cergy explose les compteurs avec quasiment 50% de renouvellement du personnel.

De l’œuf ou la poule : recruter pour améliorer les conditions de travail, et améliorer les conditions de travail pour recruter

L’Expert point du doigt le problème : le recrutement. Ce qui est un comble pour une entreprise dont c’est le métier ! Toutefois, il donne des pistes de travail et d’amélioration pour y parvenir.

  • Redéfinir le rôle du tuteur et le libérer de ses tâches pour accueillir les nouveaux venus 
  • Améliorer le processus d’intégration
  • Rééquilibrer la charge de travail entre les gestionnaires de compte
  • Relancer le processus de matrice des polyvalences pour simplifier les remplacement 
  • Redéfinir les limites des missions entre les CDS et les agences
  • Mélanger fréquemment les gestionnaires de comptes pour que les plus expérimentés puissent travailler avec les nouveaux 
  • Et surtout avoir une volonté d’établir un nouveau climat social entre les CDS, les agences et les intérimaires. Le phénomène de silos ne fait que monter les équipes les unes contre les autres.

Votre équipe CGT et vos élus ont bien l’intention de suivre ce dossier, et demander régulièrement des comptes à la direction sur ce qu’elle a mis en place pour enfin infléchir ces problèmes auxquels sont confrontés les salariés dans les CDS.

Vous ne vous êtes jamais blessé dans le cadre du travail ? Touchons du bois, et espérons que cela dure ! Toutefois, il est essentiel de connaître la procédure à suivre en cas d’accident du travail, en particulier si vous êtes intérimaire.

MAIS AU FAIT, C’EST QUOI PRÉCISÉMENT UN ACCIDENT DU TRAVAIL ? !

Tout événement survenu, sur le lieu du travail ou en situation de travail, ayant pour conséquence une lésion corporelle et/ou psychologique est un accident du travail.

Il n’est pas nécessaire que le dommage soit important ou grave pour être un accident du travail. Néanmoins, il est essentiel d’en informer l’employeur, l’agence d’intérim et de consulter votre médecin.

Nous vous invitons à être particulièrement vigilant en la matière. Certains incidents sur le coup n’inquiètent pas le salarié, mais la lésion peut s’aggraver par la suite et vous mettre en incapacité de travail. Si vous avez signalé l’incident, en cas d’aggravation, votre cas sera alors considéré comme consécutif à l’accident du travail déclaré.

Par ailleurs, ne supposez pas qu’un accident du travail se limite aux seuls travaux à risque ou de manutention. Une chute dans les escaliers, se tordre la cheville, glisser sur un sol mouillé, etc.… Si c’est événement entraîne une blessure visible ou non, c’est un accident du travail.

ET L’ACCIDENT DE TRAJET ?

Le Code du travail protège également vos déplacements entre le domicile et votre lieu de travail. La notion de trajet est assez souple, mais doit être en lien avec le trajet pour vous rendre au travail (faire un détour pour prendre un collègue de travail ou vous rendre à l’agence pour retirer votre bulletin de paye…).

SI JE ME BLESSE QU’EST-CE QUE JE DOIS FAIRE ?

Vous devez dans les 24 heures consulter un médecin et impérativement informer l’agence d’intérim ainsi que l’entreprise dans laquelle vous êtes en mission.

Dans les cas les plus graves, il est fort à parier que ce sont les secours qui se chargeront de vous présenter à un médecin. Toutefois, ne partez pas du principe que l’entreprise fera le nécessaire, adressez-leur la feuille d’accident du travail. Et si vous n’êtes pas en mesure de le faire, vos proches peuvent s’en charger à votre place.

Votre médecin doit vous délivrer un certificat médical initial composé de 4 volets :

  • Les deux premiers sont à transmettre à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie [CPAM] 
  • Le 3e volet est pour vous et à conserver précieusement 
  • Le 4e volet à adresser à votre employeur [pour les permanents] ou à l’agence d’intérim.

ATTENTION : Soyez particulièrement vigilant, Adecco a la fâcheuse habitude de contester les accidents du travail. Son soucis n’est pas votre santé ou votre famille, mais bien d’éviter de payer ce qu’elle doit dans ces situations.

SI JE SUIS EN ARRÊT MALADIE SUITE À UN ACCIDENT DU TRAVAIL QUE SE PASSE-T-IL POUR MA MISSION ET POUR MON SALAIRE ?


« Les deux millions de salariés intérimaires courent plus de risques de connaître un accident du travail que les salariés en CDI »

Suite à un accident du travail, vous êtes en arrêt maladie. Dans ce cas vous n’êtes plus rémunéré par votre agence d’intérim, mais par la sécurité sociale et la mutuelle.

Votre rémunération durant l’arrêt maladie suite à un accident du travail est composée :

  • Des indemnités de la Sécurité Sociale : Pendant les 28 premiers jours d’arrêt de travail, l’indemnité journalière versée par la Sécurité Sociale est égale à 60 % de votre salaire journalier brut. À compter du 29e jour d’arrêt de travail, l’indemnité journalière est majorée : elle est portée à 80 % de votre salaire journalier de base. L’indemnité de la Sécurité Sociale est calculée sur la base de vos salaires bruts des 12 mois antérieurs à votre arrêt de travail. Vous devez rassembler l’ensemble de vos fiches de paies sur les 12 mois qui précèdent la date d’arrêt de travail. Les indemnités chômage, congé maladie ou maternité ne sont pas prises en compte dans le calcul.
  • Les indemnités complémentaires de votre régime de prévoyance AG2R : En plus des indemnités de la Sécurité Sociale, vous percevez des indemnités journalières complémentaires. Cela vous permet de toucher approximativement la même rémunération que lorsque vous étiez en mission.

INFORMATION PRATIQUE & UTILE : le 1er versement des indemnités de la Sécurité Sociale et complémentaires prend du temps. Eh oui, vous êtes déjà « cassé » et maintenant il va falloir tirer le « Diable par la queue » ! Pourquoi ? Parce que la CPAM a 30 jours pour reconnaître le caractère « professionnel » de l’accident.

  • En attendant, vous pouvez réclamer à la Sécurité Sociale, tous les 14 jours des indemnités au titre de l’assurance maladie. Et pour les indemnités de prévoyance, en cas d’accident de travail avec un arrêt de plus de 25 jours, une avance de 300 € peut vous être versée par AG2R LA MONDIALE. Cette aide sera déduite lors du versement effectif de vos indemnités.
  • En cas de problème, contactez-nous. En effet, votre équipe CGT se porte fréquemment partie civile contre ADECCO dans des situations d’accidents du travail. Votre santé n’est pas en CDD à la CGT.

LIENS ET DOCUMENTS UTILES

Le guide à consulter en cas d’accident de travail ICI

Votre espace AG2R pour suivre votre dossier : ICI

Les guides de la prévoyance AG2R « maternité, arrêt de travail et invalidité » :

  • Intérimaire non-cadre : ICI
  • Intérimaire cadre : ICI